Données technique

Aspect
botanique

“Chanvre
paysan” ou “chanvre fourrager” est le nom courant pour
désigner le chanvre agro-industriel indigène (type européen). Son
nom scientifique, en latin, est “cannabis
sativa non-indica

(latin). Cannabis signifie chanvre, sativa: semis, labour,
non-indica: européen. Chanvre
paysan européen.

Le
chanvre paysan est une plante annuelle, dioïque, ce qui signifie
qu”une graine donne soit un plant mâle, soit un plant femelle à
la racine pivotante, vigoureux, assez haut (env. 2 m), rameux et
formant un buisson très feuillu, avec des fleurs odorantes. Les
plantes mâles arri-vent à maturité deux à trois semaines avant
les femelles (août – septembre). Le chanvre pay-san pousse bien même
par temps de sécheresse.

Un
champ de chanvre paysan a un effet stimulant sur la flore et la
faune; le sol ne s”assèche pas et le mode de végétation du
chanvre laisse la structure du sol en bon état. Comme le chanvre
fabrique ses propres substances de défense, il n’a pas
besoind’être traité. Pratique-ment à 100 % résistant à la
maladie, il possède ainsi un atout optimal pour répondre à la
ten-dance toujours plus accentuée vers une agriculture
naturelle.

Chanvre
hybride

Nom
courant: chanvre industriel ou ‘chanvre-à-carton’. C’est une variété
non naturelle, sujette à maladie, créée en Allemagne dans les
années cinquante, monoïque (mâle et femelle sur la même plante).
Les semences, traitées, proviennent principalement de France (Fedora
19, Felina 34, Futura 77), le reste de pays de l’Est
phyto-sanitairement peu sûrs. Pas admis pour les exploitations bio.
Matière première pour la fabrication de papier et de carton; pas
d’autre usage possible. Le bétail ne le mange pas à cause de ses
fibres très durs. Non admis en Union Européenne (UE) pour
l’affouragement ou pour l’alimentation humaine. Culture déficitaire,
pas pratiquée en UE, sauf en quelques pays à subventions, comme la
France (2 – 3000 ha/an), l’Allemagne (dès 1996) et les Pays-Bas. Pas
de débouchés en Suisse. Subventionné par lOFAG depuis 1996
(quelques 10 – 15 ha/an) avec frs. 1500.–/ha (en plus du paiement
direct). Taux (potentiel) de THC: 1- 3 % (selon l’OFAG: max. 0,3 %
THC).

Pour
le chanvre paysan, on distingue, selon sa destination, entre chanvre
fourrager et chanvre sous contrat.

Chanvre
fourrager

Le chanvre fourrager est du chanvre paysan
(sativa non-indica) pris jeune du champ pour être fourragé tel
quel, ou récolté au bec-à-maïs pour servir de fourrage frais,
de silage ou
de bouchons appréciés des
animaux de ferme. Le chanvre fourrager dépasse toute autre plante
four-ragère pour ce qui est de la valeur
nutritive: protéines brutes 158 g/kg MS, graisse 128 g/kg MS,
PAI 110 g/kg MS! Il a un effet tranquillisant dans les situations de
stress telles que trans-port, regroupement, nouvelle stabulation,
sevrage ou changement de fourrage. Troubles de la fertilité, signes
de rut faibles ou absents, ovulation retardée et anaphrodisie
(diminution ou absence du désir d’accouplement), ces manifestations
sont en partie, voire principalement, dues au stress. L’effet
tranquillisant du chanvre four-rager diminue le stress et augmente
ainsi le bien-être de l’animal et ceci résulte en une meilleure
lactation, un meilleure viande.
L’affouragement est différent, selon que le chanvre fourrager a été
récolté en phase de croissance ou en phase de re-production (voir
ci-dessous). Le chanvre pris en phase de croissance permet
d’affourrager une vache laitière en quantités de 5 à 8 kg/j, moins
avec le chanvre plus tardif.

Chanvre
sous contrat

Par chanvre sous contrat, on entend le
chanvre paysan (sativa non-indica) cultivé sans en-grais chimiques
et sans herbicides, récolté à la main, emporté du champ, suspendu
et mis à sécher, puis conditionné. La charge de travail est
comparable à celle pour le tabac: on compte avec 10 heures de
travail par are. Selon l’Union suisse des paysans, le revenu de
tra-vail est de frs. 36.– (avec un peu d”expérience frs.
50.–) et la marge brute est de frs.
438.–/a. Le chanvre cultivé et récolté selon les normes,
livré et de bonne qualité, a toujours trouvé acheteur à un bon
prix. La garantie d’achat est la clientèle constituée au cours des
dix derniè-res années, de même que le cercle grandissant d”année
en année des personnes intéressées qui ont entendu parler des
vertus du chanvre paysan et qui souhaitent se faire leur propre
opinion.

Climat
Le
chanvre paysan est bien adapté aux zones tempérées, mais il
supporte aussi des tempé-ratures élevées ou basses et peut être
cultivé sans difficultés en dessus de 1000 m et jusqu”à une
altitude de 1200 m (sauf pour la production de graines). Le jeune
plant de chanvre est résistant au
gel jusqu’à – 4°C.

Période
de végétation

Mars à fin septembre. Le chanvre
paysan a besoin de quatre mois pour arriver à maturité.

Légalité
Aucun
problème si la culture se fait correctement.

Catalogue
des cultures

La
formule de la Confédération d’annonce de cultures mentionne le
chanvre paysan dans la rubrique ‘terres ouvertes’, sous le code
533 (“chanvre,
autres variétés
“).

Paiements
directs

Les paiements directs en fonction de la
surface s’élèvent, pour le chanvre paysan, à frs.1’600.–/ha.

Assurances

Grêle

0n
peut, à l’instar du tabac, assurer le chanvre sous contrat auprès
de Suisse grêle. Par exemple pour une surface de 20 a, l’are
assurée à frs. 400.–, la prime s’élève à env. frs. 300.–
(tarif 4.5).

Vol 
L’assurance
couvre “les
produits agricoles récoltés et les réserves
“.
Le chanvre paysan est un produit agricole et s’il est volé, le
propriétaire sera dédommagé.

Incendie
L’assurance
incendie prend le dommage en charge.

Prestations
écologiques

Avec
le chanvre, les exigences de l’ordonnance sur les paiements directs
(OPD) en matière de prestations écologiques sont remplies ans
problème.

Graines
La
graine se compose d’une noisette à la substance blanchâtre
entourée d’une fine enve-loppe. Les graines matures ont l’écorce
dure, de couleur brune à noir-grise, elles contiennent en moyenne 28
– 35 % de graisse, 30 – 35 % de glucides, 20 – 25 % de protéines et
ont, comparées à d’autre plantes fourragères, une forte
proportion en vitamines B (à action sédative), particulièrement B1
et B2, de la vitamine E, du calcium, du magnésium, du potassium et
du fer. L’huile de chanvre contient de l’acide
gamma-linoléique (GLA) qui est un acide gras
polyinsaturé de la série n-6, excessivement rare dans
l’alimentation, qu’on trouve dans le lait maternel.

Exigences
du sol

Le chanvre paysan s’adapte à toutes sortes
d’emplacements, il n’a pas
d’exigences particuliè-res envers le sol. Toutefois,
il préfère les sols profonds, riches en humus, calcaires et
conte-nant beaucoup d’azote, avec un bon apport d’eau et un pH
neutre à légèrement basique. Ne conviennent pas: les sols
passablement ombragés et de versant nord, ainsi que les sols
sa-blonneux pauvres, argileux lourds ou à humidité stagnante.

Rotation
des cultures

Le chanvre paysan se caractérise par
une très bonne autocompatibilité. Dans la rotation des cultures, il
convient très bien en tant que première culture ou culture
intercalaire et peut être cultivé sans problème plusieurs fois de
suite sur un même sol. Autrefois, le chanvre n’était
habituellement pas soumis au système de l’assolement, mais était
cultivé sur un terrain parti-culier. Dans le temps chaque grande
ferme avait son champ de chanvre, sa ‘chènevière’ (an-cien
français chenevre, de chènevis, issu du latin cannabis, chanvre).
L’ancien directeur de la TSR s’appelait Chenevière (Guillaume).
Au demeurant, le chanvre paysan, grâce à son action efficace contre
les mauvaises herbes et les nématodes, constitue une première
culture et un engrais vert de
tout premier choix.

Préparation
du sol

La terre doit être suffisamment meuble pour
que le système radiculaire puisse se développer sans problème
jusqu’à 60 – 70 cm de profondeur.

Engrais
Comme
pour le maïs. On peut utiliser des engrais de fabrique pour le
chanvre fourrager, mais pas lorsqu’il s’agit de chanvre sous
contrat, où seul l’engrais de ferme est admis. Le fumier de
litière et le purin peuvent sans autre être utilisés, car il y
a rarement
stagnation.
Le fumier est apporté lors d’un labour et le purin est épandu sur
les sillons en prélevée. Un épandage en automne est bénéfique.
Purinage possible également en post-levée.

Semence
La
semence non traitée s’est révélée, sur plus de dix ans
d’emploi, équilibrée quant à la qua-lité et stable pour les
cultures à différentes altitudes. Poids aux mille graines: 20 – 30
g. Diamètre: 2,5 mm.

Prix
jusqu’à
10a: frs. 50.–, jusqu’à 20a: frs. 90.–, jusqu’à 30a: frs. 130.–,
jusqu’à 50a: frs. 200.–, jusqu’à 70a: frs. 300.–, jusqu’à 100a:
frs. 380.– (+ frs. 12.– de frais d’envoi).

S’obtient
auprès de l’Association Suisse des Amis /es du Chanvre paysan
(ASAC). L’ASAC est à l’origine du renouveau du chanvre paysan en
Suisse. Demander une formule de commande à: ASAC, case postale, 9004
St-Gall, ou par télécopie au 071 672 62 40, ou rubrique contact.

Lit
de semence

Le chanvre se sème en surface; le lit de
semence doit donc être préparé finement (comme pour le colza).
C’est une condition essentielle à la réussite de la culture de
chanvre, tout parti-culièrement pour ce qui est du chanvre sous
contrat, car l’économie réalisée sur la préparation de son lit
de semence se repaie par la suite en surcroît de travail (mauvaises
herbes).

Semis
Surfaces
de 5 – 10 a: semis à la main, au cordeau. Plus de10 a: sans problème
avec semoir à disque monograin (betteraves sucrières).

Profondeur
de semis:

0,5
– 1 cm

Distance
entre les plants:

chanvre
fourrager 50 cm; chanvre sous contrat 35 cm

Interligne:

chanvre
fourrager 80 cm; chanvre sous contrat 120 cm

Ensemencement
Plus
tôt a lieu l’ensemencement – dès fin mars dans le Mittelland,
de mi-avril à fin avril dans des endroits plus élevés – et plus
le plant de chanvre paysan, résistant au gel (- 4°C), se dé-veloppe
et est productif. Mais on peut semer sans trop de pertes jusqu’à
la mi- mai. Les plan-tons conviennent également pour le chanvre sous
contrat, mais la multiplication végétative (bouturage/clônes) est
indésirable.

Germination
(phase germinative)

La semence germe en trois à sept
jours, suivent deux cotylédons inégalement grands, de 10 à 16 mm,
après deux à quatre semaines se forme la pousse principale (la
future tige), garnie de la première paire de vrais feuilles, situées
à quelques 25 mm au-dessus des deux cotylédons. De la pousse
principales naissent par la suite les pousses latérales.

Stabilité
La
plante de chanvre paysan est très résistante aux coups de vent.

Croissance
(phase végétative)

La période de croissance
coïncide avec la période d’ensoleillement intensif, en été. La
plante produit alors autant de masse végétale(racine, tige et
feuilles) qu’il lui est possible. De la pousse principale (le
tronc) naissent des pousses latérales. La phase végétative se
ca-ractérise par une croissance rapide,
la formation du feuillage, une augmentation générale du volume, une
forte demande en matières nutritives ainsi qu’en eau. Si besoin il
y a on peut étêter les plantes, ce au moyen d’une faucheuse
frontale. A la fin de la période végétale la plante de chanvre
atteint une hauteur de 1,5 m – 2 m.

Formation
des fleurs et des graines (phase reproductive)

La
phase de croissance est suivie de la phase reproductive qui se
déclenche quand les nuits deviennent plus longues que les jours.

Résine 
La
résine de la plante de chanvre, composée d’innombrables poils
glanduleux surmontés d’une bulle, a le même effet que les
produits solaires que les gens étendent sur leur peau, elle couvre
fleurs et graines et les protège en absorbant une partie des rayons
solaires. La résine apparaît quand commence la phase reproductive.
Plus il y a de soleil et plus la résine sera forte. La résine
contient les substances de défense de la plante.

Produits
phytosanitaires

Aucun. Le chanvre paysan dioïque
synthétise en effet ses propres substances de défense.

THC
Il
n’y a pas de THC dans le chanvre fourrager. Il n’y a pas de
résidus de THC ni dans le lait, ni dans la viande.

Lutte
contre la mauvaise herbe

Le
chanvre paysan est une plante dicotylédone, très sensible aux
désherbants. Il faut donc faire attention en traitant une surface
située à proximité du chanvre paysan.

Chanvre
fourrager

1)
production conventionnelles ou intégrée

a)
en prélevée: oui

b)
en postlevée: non

avec
machine-outil

entre
les lignes: le plus tôt possible avec la sarcleuse (pour
betteraves)
entre les plantes: régler la sarcleuse de sorte
qu’elle rejette la terre vers les plantes et couvre ainsi la
mauvaise herbe attenante.

2)
Agriculture biologique: sarcleuse comme sous b) (machine) et/ou
seulement binette pour une surface inférieure à 10 a.

Chanvre
sous contrat

Comme
sous 2); granulés contre escargots admis.

Récolte

Chanvre
fourrager

La
plante de chanvre une fois coupée ne repousse pas. Un prérécolte,
manuelle, est possible en début d’été. Quelques 6 à 8 semaines
après avoir semé, les plantes sont données entières à manger aux
ruminants, chevaux et porcs. On prend si possible les plantes mâles,
pour laisser la place libre aux femelles, plus riches en aliment à
cause de leurs graines. Cette prérécolte deux ou trois semaines,
après tiges et branches se sont durcies, et il faut les passer au
bec-à-maïs (sauf pour les porcs qui les rongent). Mélangé au
reste du fourrage, le chanvre peut être donné tout au long de
l’été. Fin août jusqu’à fin septembre, ce qui reste du champ est
récolté au bec-à-maïs et mis en silage/balles ou transformé en
bouchons (calibre 9). Il faut tout de suite porter le chanvre coupé
au séchage, car il chauffe vite. Le volume récolté est d’une
moyenne de dix tonnes TS/ha. Cela est moins que le maïs, mais le
chanvre compense avec une qualité alimentaire bien supérieure à
celle du maïs. La mise en bouchons ne pose aucun problème
technique, tout se passe comme avec du maïs. Le chanvre grâce à sa
teneur optimale en matière sèche de 28,5 % lors du fauchage, se
marie bien avec d’autres ensilages. Le quart à un tiers du silage en
chanvre fourrager est une bonne proportion. Les bouchons peuvent être
fabriqués avec du chanvre seulement ou, selon le type de bétail et
d’affouragement, en mélange avec d’autres fourrages. Un classique
est le bouchons moitié-moitié (maïs-chanvre).

Chanvre
sous contrat

La
récolte se fait manuellement,
entre août et fin octobre selon le degré de maturité. Un local de
séchage est nécessaire – comme une grange vide ou un grand toit en
voûte, idéalement une grange à tabac. La récolte et la pendaison
peuvent se faire, suivant la grandeur de la par-celle et la
main-d’œuvre disponible, toute d’une traite ou être répartie
sur 3 – 4 semaines. Le séchage des plantes prend de deux à quatre
semaines. Les plantes séchées sont ensuite conditionnées.

Volume
en silage

Fraîchement passé au bec-à-maïs le
chanvre paysan occupe un volume de quelques 20 % supérieur à celui
du maïs.

Encadrement
Les
cultivateurs reçoivent en temps voulu des instructions précises; de
plus, ils peuvent de-mander conseil à n’importe quel moment de la
culture. Des visites de cultures seront effectuées.